Rencontre avec un cultivateur de poivre au Sri Lanka

planteur de poivreAprès plus de 7500 km d'avion, 4 h de train et 3 h de voiture je trouve ce que j'étais venu chercher :Un cultivateur et sa plantation de poivre.

cultivateur de poivre au Sri LankaAprès plus de 7500 km d'avion, 4 h de train et 3 h de voiture je trouve ce que j'étais venu chercher :Un cultivateur et sa plantation de poivres.

Beaucoup de petits fermiers cultivent le poivre pour leur consommantion personnelle (le plus souvent en poudre pour apporter du piquant à leur plat) et vendent le reste sur le plus gros marche de fruits et légumeS du Sri Lanka : Le marché de Dambulla.

Les poivriers poussent sur des arbres qui leur servent de tuteur. Cette variété d'arbre vie en symbiose avec la liane du poivrier. liane de poive au sri lanka

La récolte a lieu fin Mai début Juin, plus tardivement donc que l'Inde ou le Vietnam.

 


Le gouvernement aide les agriculteurs à  planter des poivriers si bien que l'on en trouve dans presque chaque ferme. Le climat est très propice à sa culture, il pousse même tout seul, au détour d'un chemin l'agriculteur m'a montré une liane qui touchait le sol. Elle reprenait racine et donnerait naissance à un  nouveau pied de poivre.pied de poivre sri lanka

La dégustation: j'ai donc gouter à la future récolte 2015, ce poivre alors vert est très fruité, doux, beaucoup de longueur en bouche. J'ai vraiment hate de le redécouvrir en juillet une fois mur et séché au soleil.


J'ai gouté le poivre de 2014 du producteur. Un goût unique, très marqué, c'est la première fois que je remarque cela dans l'univers des poivres.poivre noir du sri lanka

Fin de ma visite, je suis enchanté. Ce poivre est très prometteur, j'espere pouvoir vous le proposer pour septembre. En attendant après un court retour en France je prépare mon prochain voyage à la rencontre des cultivateurs de l'autre berceau du poivre : Le Kérala en Inde

 


Commentaires
Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet